sacred-texts  Neo-Paganism  Murray Index  Index  Previous  Next 

APPENDIX II

TRIAL OF SILVAIN NEVILLON AND GENTIEN LE CLERC AT ORLEANS, 1614-15

[This trial is included here as a specimen of purely ritual witchcraft, without spell-casting.]

Arrest & procedure faicte par le Lieutenant Criminel d Orleans, contre Siluain Neuillon, Gentien le Clerc dit Niuelle, & Mathurin Ferrand du village de Nouan en Sologne, conuaincus de sortilege le 20 Juin 1614.

Le Vendredy 20 Iuin 1614 ledit Lieutenant procedant à l'audition dudit Neuillon comireur & Masson, aagé de 77 ans.

Ledit Lieutenant Criminel luy ayant dit qu'il luy vouloit faire raire on razer le poil & changer d'habits: afin qu'il dict verité. L'accusé s'escria en ces mots, Comment me veut-on faire mourir, Messieurs, si ie vous confesse la verité, vous ne me ferez pas razer.

A confessé auoir esté an Sabbat prez Nouan, en vn lieu nommé Oliuet,

Dit que le Sabbat se tenoit dans vne maison, où il vit à la cheminée com{m}e ledit Sabbat se faisoit, vn homme noir duquel on ne voyoit point la teste, & deux cheures on boucs en la mesme maison ayant grand poil noir. Il y auoit 200. personnes tons masquez, excepté vn nominé Ferrand. Qu'allant à l'offrande aucuns baillent de l'argent comme à l'Eglise.

Vit aussi vn grand homme noir à l'opposite de celuy de la cheminée, qui regardoit dans vn liure, dont les feuillets estoient noirs & bleuds, & marmotoit entre ses dents sans entendre ce qu'il disoit, leuoit vne hostie noire, puis vn calice de meschant estain tout

[1. Sadducismus Debellatus, p. 50.

2. Id., p. 25.

3. Cunningham, pp. 246, 251]

crasseux. Vit que tons les assistans dançoient en bransles dos à dos, & deux boucs ou cheures auec eux. Il y auoit des viandes si fades qu'il n'en peut aualler, & croit que c'estoit de la chair de cheual, & que ledit hom{m}e noir parloit comme si la voix fut sortie d'vn poinson: Et vit enuiron douze enfans portez par des femmes, & que le Diable batit vne femme auec vn baston, de ce qu'elle n'auoit pas apporté son enfant comme elle auoit promis, bailloit ledit homme noir des gasteaux auxdits petits enfans.

Dit que ceux qui ne vont au Sabbat, payent huict sols, qu'il y a des processions où il a veu par fois six cens personnes, que les deux Diables qui estoient au Sabbat, l'vn s'appelloit l'Orthon, & l'autre Traisnesac, & qu'ils se baissoient enuers ceux qui leur emmenoient leurs enfans comme pour les remercier, & baisoient leursdits enfans au cul.

Dit qu'il a veu le Diable en plusieurs façons, tantost comme vn bouc, ayant vn visage deuant & vn autre derriere, ores comme vn gros mouton.

Qu'on baptise des enfans au Sabbat auec du Cresme, que des femmes apportent, & frottent la verge de quelque homme, & en font sortir de la sentence qu'elles amassent, & la meslent auec le Cresme, puis mettent cela sur la teste de l'enfant en prononçant quelques paroles en Latin.

Dit aussi auoir veu des Sorciers & Sorcieres qui apportoient des Hosties an Sabbat, lesquelles elles auoient gardé lors qu'on leur auoit baillé à communier à l'Eglise, & que le Diable faisoit des gestes comme en depitant sur icelles Hosties, desquelles on faisoit de lit poudre, & quelque fois on les mettoit dans l'eau, & que le Diable estoit fort ayse quand on luy apportoit lesdites Hosties.

Dit auoir ouy dire à Guilleaume le Clerc dit Nitelle, que pour auoir faict mourir vn homme le Diable donnoit de recompence huict sols, & pour vne femme cinq sols.

Dit que le Diable les bat ail Sabbat, quand ils ne sçauent rendre compte d'auoir fait quelque mal, & qu'il leur dit en se separant vengez vous, autrement vous mourrez.

Dit que le iour qu'on a esté a la Messe, on ne peut estre ensorcellé, on qu'on a vn Agnus Dei sur soy, que bien souuent ils appellent l'Hostie Iean le blanc, que les femmes chantent des chãsons en l'honneur du Diable, & qu'à l'entree & sortie de table au Sabbat, on dit au Diable nous vous recognoissons pour nostre maistre, nostre Dieu, nostre Createur.

Que le Diable dit le Semõ au Sabbat, mais qu'on n'entend ce qu'il dit, parce qu'il parle com{m}e en grõdant, & qu'il iette de la poudre par toute l'assemblée, com{m}e on fait de l'eau beniste.

Vit qu'on frappoit dans l'eau d'vne baguette, & aussi tost vit comme il luy sembloit que c'estoit de la gresle.

Dit estre allé souuent an Sabbat de son pied tout esueillé, & ne se grassoit point, d'autant que c'estoit folie de se graisser quand on tie va pas loing.

Dit que le Diable monstre une forme de membre viril au Sabbat, ong comme vne chandelle, & qu'il vit vne femme qui le baisa par là.

Dit que les Sorciers ne peuuent faire mal le Vendredy, à cause que Dieu y auoit souffert la mort, & estoit venu au monde ledit iour.

Dit qu'il y a des Sorciers qui nourrissent des Marionettes, qui sont de petits Diableteaux en forme de Crapaux, & leur font manger de la bouillie composée de laict & de farine, & leur donnent le premier mourceau, & n'oseroient s'absenter de leur maison sans leur demander congé, & luy faut dire combien de temps ils seront absens, comme trois ou quatre iours, & si elles disent que c'est trop, ceux qui les gardent, n'osent faire leur voyage ny outre-passer leur volonté.

Et quand ils veulent aller en marchandise ou ioüer, & sçauoir s'il y fera bon, ils regardent si lesdites Marionettes sont ioyeuses, en ce cas ils vont en marchandise, ou ioüer: mais si elles sont maussades & tristes, ils ne bougent de la maison, & le plus souuent lesdites Marionettes vsent enuers eux de grandes menaces.

Interrogé ledit Neuillon par ledit Lieutenant Criminel, si à son aduis vn Iuge pourroit faire prendre lesdites Marionettes, veu que ce sont Demons familliers.

Respond qu'vn bon Iuge pourroit bien faire emporter lesdites Marionettes, d'autant qu'elles craignent fort les bons Iuges: mais qu'vn Iuge qui ne feroit pas bien la Iustice, ny gagneroit rien, & que les Sorciers peuuent ensorceller vn meschant Iuge, parce que Dieu l'a abandonné.

Dit qu'il a veu bailler au Sabbat du pain benist, & de l'encens, mais il ne sentoit bon comme celuy de l'Eglise, & que c'estoit vn des Diables nommé Orthon qui le donnoit, lorsque Tramesabot disoit la Messe, & qu'auant la commencer il iettoit de l'eau beniste qui estoit faicte de pissat, & faisoit la reverence de l'espaule, & disoit, Asperges Diaboli.

Ledit Neuillon estoit conuaincu par le procez, d'auoir empoisoneé & faict mourir plusieurs personnes & bestiaux, & d'auoir faict d'autres maux.

Gentil ou Gentie{n} le Clerc dit, que sa mère le presenta (dit-on) ell l'aage de trois ans au Sabbat, à vn bouc, qu'on appelloit l'Aspic. Dit qu'il fut baptisé au Sabbat, au Carroir d'Oliuet, auec quatorze ou quinze autres, & que Ieanne Geraut porta du Chresme qui estoit jaune dans vn pot, & que ledit Neuillon ietta de la semence dans ledit pot, & vn nommé Semelle, & broüilloient cela auec vne petite cuilliere de bois, & puis leur en mirent à tous sur la teste.

Il vit marquer plusieurs personnes, mais les femmes principalement entre les tetins.

Qu'on baille à baiser la paix comme l'Eglise, & que cela semble vne tuille, & qu'on y baille vn denier ou vn double allant à l'offrande, l'eau beniste est iaune comme du pissat d'asne, & qu'apres qu'on la iettée on dit la Messe, & que c'est le Diable qui la dit, qu'il a vne Chasuble qui a vne croix: mais qu'elle n'a que trois barres: & tourne le dos à l'Autel quand il veut leuer l'Hostie & le Calice, qui sont noirs, & marmote dans vn liure, duquel la couuerture est toute veluë comme d'vne peau de loup, auec des feuillets blancs & rouges, d'autres noirs.

Et quand ledit homme noir a ietté, ou iette de l'eau beniste, chacun des assistans, se iette en terre comme on faict à l'Eglise sur la fosse des trespassez, auec vn morceau de hou qui a trois feuilles au bout. Après la Messe on dance, puis on couche ensemble, hommes auec hommes, & femme auec des femmes. Puis on se met à table, où il n'a iamais veu de sel. Et n'y a autre viande que grenouille & anguilles, & point de vin ains de l'eau.

Dit qu'il a cognu des hommes & s'est accouplé auec eux; qu'il auoit vne couppe ou gondolle par le moyen de laquelle toutes les femmes le suiuoient pour y boire.

Qu'au Sabbat on y blasphemoit souuent, disant chardieu, c'est vne belle chose qu'ils font blanchir pour qu'on la voye de plus loing, & puis la mangent, & quand Ils l'ont mangé il n'y en a plus, que les Prestres font cela pour amuser le monde, & que c'est vn beau Ianicot, qu'il y auoit plus d'acquest en sa Marionette qu'en Dieu. Et auoit veu souuent la Marionette dudit Neuillon, qui est comme vn gros crapaut tout noir, comme d'vne fourrure noire, & estoit dans vne boëtte caché soubs vn carreau, qui sautoit & leuoit quand on vouloit dormer à manger audit crapaut. Qu'il l'a veu encore puis six sepmaines en la ruelle du lict dudict Neuillon, & qu'il a veu qu'il l'apportoit vne autre fois dans son manteau, qu'il luy a dit vne douzaine de fois, que s'il vouloit il luy en feroit auoir vne. Qu'il y auoit plus profit en icelle qu'en Dieu, & qu'il ne gagnoit rien à regarder Dieu: mais que sa Marionette luy apportoit tousiours quelque chose.

Confesse auoir faict mourir plusieurs personnes, & qu'il sçait faire dancer les bufs dans vn cercle qu'il fait, & qu'vne vieille luy apprins.

Ils furent condamnez par sentence a estre pendus & bruslez. Appel en la Cour, ou au rapport de Monsieur Berulle, Conseiller en la seconde Chambre des Enquestes, deux Sorciers moururent. Cependant Gentien le Clerc seul, fut condamné par Arrest du 4 Feurier 1615.